Page:Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
66

triple et quadruple du premier. Sans savoir quand nous en aurons fini.

Et quand bien même. Je suis énergiquement positif à déclarer que dans un laps de 10 ans, un chemin de fer ne rendra pas à Témiskaming la moitié des services que la navigation sera en état de procurer, et je le prouve :

À moins qu’on ne veuille engouffrer dans cette entreprise des sommes exorbitantes et en pure perte, on ne construira pas une ligne de chemin de fer tout autour du Lac Témiskaming. Un côté sera favorisé ; l’autre se plaindra. Ontario aura la voie ferrée et Québec ses chemins de charette. C’est un tableau dont on n’a pas besoin de forcer les ombres.

Pendant ce temps, que ferait la navigation ? Grâce à cette facilité qu’offrent les rivages du Lac Témiskaming, de pouvoir être accosté sur tous les points pour un circuit de 200 milles au moins, chaque localité profitera en même temps de tous les avantages. Et surtout, tout se fera sans travaux ni dépenses considérables.

Un million, une fois pour toutes.

Il est facile de voir que pour un pays qui n’est seulement qu’au début de sa colonisation, ce système, la navigation l’emporte sur tous les chemins de fer du monde. S’il s’agissait d’une prairie, fort bien, mais ici nous sommes sur un lac qui doit commencer à se coloniser par les rivages et ces rivages, ils ont 200 milles.

Plus tard il faudra des chemins de fer, et nous en aurons. Témiskaming sera assez peuplé et assez riche pour nécessiter deux chemins de fer et en payer les prix. Mais cette population, mais cette richesse, Témiskaming doit l’obtenir tout d’abord par les moyens les plus prompts, les plus économiques, les plus raisonnables… par la navigation.

D’ailleurs cette navigation ne doit pas se border au Lac Témiskaming. Ainsi que je le signalais l’an dernier, dans le mémoire que j’avais l’honneur de vous soumettre, Monsieur le Ministre, Témiskaming n’est qu’un chainon d’un réseau de grands lacs tous navigables