Page:Paris, Paulin - Commentaire sur la chanson de Roland, I.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

connaît pas le roi Vivien ; on ne sait pas si Imphe est un nom de lieu, ou Nimphe un nom d’homme. Tel est le terrain mouvant que M. Génin, a choisi pour échafauder la scène mystérieuse sur laquelle tombe le rideau de Théroulde. Il ne lui faut opérer qu’un tout petit changement : Èbre ou Bre devient la Syrie ; et cela bien convenu, Imphe doit être Nimphe, et Nimphe un ancien faubourg d’Antioche (pag. 461). — Vous riez ? — Nimphæa n’est-il pas un des noms quelquefois donnés à Daphné ? N’y avait-il pas, près de l’ancienne Antioche, un lieu nommé Bois de Daphné ? Donc Bre, enimphe signifient Syrie et Antioche. Rien n’est plus clair au monde.

Voilà ce qu’on découvre à l’aide d’un texte critique, et ce que M. Francisque Michel n’a pas même eu l’esprit d’entrevoir. « Tout cela, ajoute aussitôt M. Génin, est dessiné d’une main ferme, avec un choix et une sobriété de détails qui décèlent un sentiment d’artiste dont on chercherait vainement la plus légère trace dans cette foule de compositions d’une date plus récente. »

Deux choses nous frappent encore dans le couplet cité plus haut : d’abord M. Génin en a supprimé les trois premiers vers, en dépit des gros reproches faits à M. Bourdillon et à M. Fauriel, qui avaient traité de hors-d’œuvre certaines répétitions. M. Génin les biffe, « parce, » dit-il, « qu’ils sont une superfétation manifeste. » Cette hardiesse ne s’accorde pas avec les théories de l’Introduction.

Puis du nom de Turoldus, placé dans le dernier vers, il fait Théroulde. Lui demandez-vous les motifs de ce changement ? Il se justifie comme un autre s’accuserait : « Les noms propres, à cause de l’intérêt qu’on avait à les transmettre le moins altérés possible, furent naturellement la dernière espèce de mots à recevoir la forme vulgaire, sinon dans la pratique, au moins dans les écrits. » (P. 463.) Donc Turoldus était le vrai nom, et tout au plus devait-on lui substituer Turold.

« Théroulde était particulier à la Normandie, et la forme Turoldus allait partout. » (Ibid.)

Qui vous a dit que Turoldus fut Normand ? Et cela même admis, n’y avait-il pas en Normandie des Tureau, Thurot, Turel, Turou, aussi bien qu’un lieu nommé Bourgtheroulde ? Pourquoi choisir la forme la plus éloignée de Turoldus ?

Mais « l’auteur du Partonopeus de Blois, qui se nommait Pyram,  dit en son début : J’ai à nom Denis Pyramus. Théroulde,