Page:Paris, Paulin - Nouvelle étude sur la Chanson d’Antioche.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

donnaient deux des six manuscrits que j’avais sous les yeux. Les quatre autres substituent avec raison au nom de Gui (la seconde fois qu’il est donné) celui de Baudouin (de Gand).

De Guion de Possesse vous doi dire la vie,
Li bers se fist sainier, ce fut moult grant folie.
Car si com Dieus le vout, mors fu de maladie.
En sa tente gisoit qui toute estoit scrie :
Tur gietent lor perrieres qui la tente ont croissie.
Dans Baudouins en ot la teste pecoie.
Devant lui fist mander Buiemont où se fie,
Et le conte de Flandres, Robert de Normandie,
Et Tangré le pullan à la chiere hardie.
« Baron, dist Bauduins, france gent seignorie.
« Or convient departir la nostre compagnie :
« Sire Robert de Flandres et vous de Normendie
« Dieus vous range l’ennor et la grant seignorie
« Qu’ai eu entor vous et o la baronie ! »
A iceste parole en est l’arme partie.
Plaist-vous à escouter que fisent no baron ?
Iluec dehors la ville à un marbrin perron.
Là avoit un moustier el non Saint Siméon,
Là portèrent le cors par grant devocion.
La nuit i ont veillié Flamenc et Borgegnon,
Trente cierges ardans espandent environ,
Deci à l’endemain qu’entierrer le dut-on.
Puis ont le cors porté en un autre roion,
Une fosse i ont faite, ensi enfoé l’ont :
Li evesque del Pui fist iluec son pardon.
Le liu ont encensé : vers les loges s’en vont.

Retrouve-t-on ici le même récit, les mêmes détails, et jusqu’aux termes dont Albert d’Aix s’était servi ? M. Pigeonneau ne persistera pas, je l’espère, à le soutenir.

Mon contradicteur professe pour Albert d’Aix, pour la sûreté de ses informations et surtout l’étendue de ses connaissances géographiques, une admiration que je ne saurais partager. Qu’il ait été prébendier d’Aix en Provence ou d’Aix-la-Chapelle, il n’en est pas moins vrai qu’il écrivit son livre, non d’après ce qu’il avait vu ou lu, mais d’après ce que lui venaient raconter ceux qu’il croyait le mieux informés. Ainsi il avait pu composer ce grand ouvrage sans quitter l’église dont il avait la garde. Au nombre des on-dit qu’il a