Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
114
INTRODUCTION.

nis, le comte Gautier de Brienne, qui « s’en aloit en Poulle conquerre la terre sa femme, qu’il avoit espousée puis qu’il ot prise la crois, et qui estoit fille au roi Tancré. Avec lui aloit Gautier de Montbeliart, Robert de Joinville et grans partie de la bonne gent de Champaigne. Et quant Joffrois leur conta coment il avoient exploitié, si en orent moult grant joie et disrent : Vous nous troverez tout près quant vous venrez. Mais les aventures avienent si com à Nostre Seignour plaist ; car onques n’orent povoir qu’il assemblassent à leur ost ; dont ce fut moult grant domage, quar moult estoient preudome et vaillant durement. »

De Pouille Gautier de Montbéliart passa dans l’île de Chypre, où il ne tarda pas à faire un grand établissement en épousant Bourgogne de Lusignan, sœur du roi Amaury. À la mort de ce prince arrivée en 1201, il obtint le bail ou régence du royaume de Chypre pendant la minorité de son neveu, le petit roi Hugon ; enfin il mourut lui-même vers 1212, avec la réputation de prince opulent, habile et valeureux, mais sans avoir revu la France, dont il s’était éloigné quatorze ans auparavant.

Ce serait donc avant ce départ, avant l’année 1199, que Robert de Boron aurait composé le poëme de Joseph d’Arimathie, et après