Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
175
JOSEPH À SARRAS.

tions devant l’arche. À Joseph et à son fils seuls le droit de l’ouvrir, de regarder dans le vase, de le prendre dans leurs mains. Deux hommes choisis entre tous devaient porter l’arche sur leurs épaules, toutes les fois que la caravane serait en marche.

En arrivant à Sarras, Joseph apprit que le roi du pays, Évalac le Méconnu, était en guerre avec le roi d’Égypte Tolomée[1], et qu’il venait d’être vaincu dans une grande bataille. Doué du don de l’éloquence, Joseph se présenta devant lui pour lui déclarer que, s’il voulait reprendre l’avantage sur les Égyptiens, il devait renoncer à ses idoles et reconnaître Dieu en trois personnes. Son discours présente un excellent résumé des dogmes de la foi chrétienne ; rien n’y paraît oublié, et c’est encore la doctrine exposée dans nos catéchismes.

Évalac eut la nuit suivante une vision qui lui fit comprendre le Dieu trinitaire, la seconde Personne revêtue de l’enveloppe mortelle et conçue dans le sein d’une Vierge immaculée. Le Saint-Esprit vint en même temps avertir Joseph que son fils Josephe était choisi

  1. Tolomeus ou Tholomée est le nom francisé Ptolémée ; car les syllabes initiale pto, sta, spa, stra, répugnaient à l’ancienne langue française : on supprimait alors la première consonne, ou on la faisait précéder de la voyelle e, qui rendait la prononciation supportable.