Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
184
LE SAINT-GRAAL.

De la même ampoule fut prise l’onction qui, plus tard, servit à sacrer les rois chrétiens de la Grande-Bretagne jusqu’au père d’Artus, le roi Uter-Pendragon. Notre-Seigneur lui mit ensuite la crosse en main, et lui passa dans un de ses doigts l’anneau que nul mortel ne pourrait contrefaire, nulle force de pierre séparer. « Josephe, » lui dit-il, « je t’ai oint et sacré évêque en présence de tout mon peuple. Apprends le sens des vêtements que je t’ai choisis : les sandales avertissent de ne pas faire un pas inutile, et de tenir les pieds si nets qu’ils n’entrent dans nulle maligne souillure, et ne marchent que pour donner conseil et bon exemple à ceux qui en auraient besoin.

« Les deux robes qui couvrent la première jupe sont blanches, pour répondre aux deux vertus sœurs, la chasteté et la virginité. Le capuchon qui enferme la tête est l’emblème, et de l’humilité qui fait marcher le visage incliné vers la terre, et de la patience que les ennuis et les contrariétés ne détournent pas de la droite voie.

« Le nœud suspendu au bras gauche indique l’abstinence ; on le place ainsi parce que le propre de ce bras est de répandre, comme le propre du bras droit est de retenir. Le lien du col, semblable au joug des bœufs,