Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
276
LE SAINT-GRAAL.

ou Beyrout. Mordrain reparut en Bretagne avec une armée considérable, cette fois emmenant avec lui la reine Sarracinthe, la duchesse Flégétine et la fille du roi Label, baptisée sous ce même nom de Sarracinthe. Un seul incident marque la traversée de Mordrain.

Le châtelain de la Coine (Iconium), qui faisait partie de la flotte, nourrissait depuis longtemps un coupable amour pour la duchesse Flégétine ; mais il la savait trop vertueuse pour la solliciter. Un démon offrit de lui rendre la duchesse favorable, s’il voulait faire un pacte avec lui. Le châtelain renia Dieu et fit hommage au malin esprit, lequel, prenant aussitôt les traits de Flégétine, permit au châtelain d’assouvir sa passion criminelle. Alors une violente tempête s’éleva sur la mer et menaça d’engloutir toute la flotte ; un saint ermite, éclairé par un songe, conseille au roi d’arroser d’eau bénite le vaisseau qui portait le châtelain. On voit aussitôt la fausse duchesse entraîner dans l’abîme le châtelain de la Coine, en criant : « J’emporte ce qui m’appartient. » L’orage s’apaise, et la flotte fend tranquillement les flots jusqu’à l’endroit de la Grande-Bretagne où l’Humbre tombe dans la mer, à trois petites lieues de Galeford[1].

  1. L’autre texte, ms. 747, dit qu’ils approchèrent du royaume de Norgalles, et devant un château nommé