Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/283

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
277
ARRIVÉE EN BRETAGNE.

À peine installé, Mordrain, obéissant à la voix céleste, partagea le lit de la bonne reine Sarracinthe, et engendra en elle un fils, plus tard roi de Sarras. La reconnaissance du roi Mordrain et des dames avec Nascien et Célidoine est suivie du long récit d’un double combat entre les Northumberlandois nouvellement convertis et les Norgallois. On y retrouve plusieurs épisodes de la bataille livrée par Évalac et Séraphe au roi d’Égypte Tholomée. Ici Crudel, le roi de Norgalles, est immolé par Mordrain, et les sujets de Crudel consentent à reconnaître un Dieu qui fait ainsi triompher ceux qui croient en lui. Les deux Joseph, enfermés dans les prisons de Crudel et privés de nourriture depuis quarante jours[1], avaient, par bonheur, ainsi que nous l’avons dit plus haut, été repus par la grâce de Jésus-Christ et du Graal. Le chevalier, envoyé par Mordrain dans le souterrain où ils avaient été jetés, fut d’abord ébloui de la clarté dont les arceaux étaient illuminés, et qui semblait l’effet de trente cierges ardents. Il appela les deux Jo-

    Calaf. Il est en effet bien douteux que les romanciers n’aient pas entendu conduire les chrétiens dans le pays de Galles.

  1. C’est une réminiscence des quarante années que Joseph avait passées dans la Tour dont Vespasien l’avait tiré.