Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
305
PUNITION DE MOISE.

Pierre, « expliquez-nous comment cette table, qui semble faite pour treize convives, s’étend en proportion du nombre de ceux qui se présentent. — Elle s’étend, » répond Josephe, « en faveur de quiconque est digne de s’y asseoir. Celui qui doit siéger près de moi sera vierge et sans impureté ; les autres doivent rester libres de tout péché mortel. La place vide représente celle que Judas occupait à la Cène. Après son crime, personne ne l’a remplie avant que Matthias n’en fût jugé digne. Notre-Seigneur, en me choisissant pour porter sa parole dans certaines contrées, à l’exemple des apôtres, m’a donné en garde le saint vaisseau dans lequel son divin corps est journellement sacré et sanctifié. Plus tard, au temps du roi Artus, sera établie une troisième table pour représenter la Trinité. »

Ils continuèrent leur route vers l’Écosse, traversèrent de belles forêts et atteignirent une grande plaine arrosée d’un vivier limpide. Alors ils eurent faim, et Josephe les avertit de se mettre tous en état de recevoir la grâce, petits et grands, justes et pécheurs. Puis, s’adressant à Alain le Gros, le plus jeune des fils de Bron, il lui ordonna d’aller tendre un filet sur le vivier. Alain obéit et prit un grand poisson qui fut aussitôt mis sur la braise et préparé comme il convenait. Josephe fit mettre les tables et étendre les nappes ; ils s’as-