Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


avaient Artus pour conducteur de leurs guerres [1]. Bien qu’il y eût des Bretons de plus noble race, il fut élu douze fois pour les commander et fut autant de fois victorieux. Le premier de ses combats fut livré à l’embouchure de la rivière Glem (à l’extrémité du Northumberland) ; les quatre suivants, sur une autre rivière nommée par les Bretons le Douglas (à l’extrémité méridionale du Lothian) ; le sixième, sur la rivière Bassas (près de Nort-Berwick) ; le septième, dans la forêt de Célidon (peut-être Calidon ou Calédonienne) ; le huitième, près de Gurmois-Castle (près de Yarmouth). Ce jour-là, Artus porta sur son bouclier l’image de la sainte Vierge, mère de Dieu, et, par la grâce de Notre-Seigneur et de sainte Marie, il mit en fuite les Saxons et les poursuivit longtemps en faisant d’eux un grand carnage. Le neuvième fut dans la ville de Légion appelée Cairlion (Exeter) ; le dixième, sur le sable de la rivière Ribroit (dans le Somersetshire) ; le onzième, sur le mont nommé Agned Cabregonium (Catbury) ; le douzième, enfin, longtemps et vivement disputé, devant le mont Badon (Bath), où il parvint à s’établir.

  1. Arthur pugnabat contra illos in illis diebus, videlicet Saxones contra regibus Britannorum. Sed ipse dux erat bellorum.