Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tué son neveu, il est lui-même mortellement blessé, et de là transporté dans l’île d’Avalon, où Geoffroy nous permet de supposer, sans le dire expressément, que les fées l’ont guéri de ses plaies et le tiennent en réserve pour la future délivrance des Bretons.

Nous ne suivrons pas l’Historia Britonum au-delà de la mort d’Artus. Les deux derniers livres se rapportent aux successeurs du héros breton et n’ont plus d’intérêt pour l’étude particulière des Romans de la Table ronde. Il nous suffit d’avoir rappelé les passages du livre latin dont les romanciers ont évidemment profité. Ce que Geoffroy de Monmouth dit de Gwanamara qui, au mépris de son premier mariage, avait accepté pour époux Mordred, prouve que cet historien ou plutôt ce conteur n’avait aucune idée du roman de Lancelot. D’ailleurs ses omissions dans la longue liste de tous les personnages illustres qui assistèrent aux fêtes du couronnement d’Artus permet également de penser que la plupart des héros de la Table ronde, Yvain, Agravain, Lionel, Galehaut, Hector des Mares, Sagremor, Baudemagus, Bliombéris, Perceval, Tristan, Palamède, le roi Marc, la belle Yseult et Viviane n’existaient pas, ou du moins n’avaient pas encore figuré dans une composition littéraire. Il faut en dire autant de la Table ronde