Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 2.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
144
LE ROI ARTUS.

Ainsi doit-on traiter les soudoyers et compagnons d’armes, pour en être toujours bien servi. Le jeune Gauvain avait fait tout distribuer de même après le combat livré près d’Arondel : « Lors aportèrent les citoyens de Londres tout l’avoir devant eux et tout le gain, et dirent à Gauvenet de le départir à sa volonté. Gauvenet répondit qu’il ne voulait pas s’en entremettre, et que Do de Carduel s’acquitterait mieux que lui de ce soin. Car, ajouta-t-il, il connaît mieux que moi les pauvres et les souffreteux. Les citoyens de Londres, l’entendant ainsi parler, s’écrièrent qu’il ne pouvait manquer d’être prud’homme. »

Cependant Artus, Ban et Bohor, accompagnés de Merlin et de trente-sept chevaliers [1], ar-

  1. Ces trente-sept chevaliers qui doivent si bien faire devant Caroaise, principale ville de Carmelide sont : 1 Antor ; 2 Ulfin ; 3 Bretel ; 4 Keu le sénéchal ; 5 Lucan le bouteiller ; 6 Girflet fils de Do de Carduel ; 7 Maret de la Roche ; 8 Guinan le Blond ; 9 Drian de la Forêt ; 10 Belinas l’amoureux du chastel aux Puceles ; 11 Ladinas l’amoureux de Benoyc ; 12 Landin ou Flandrin le Bret, du chastel aux Dames ; 13 Maret le Brun ; 14 Talas le Roux ; 15 Bliois du chaste ; 16 Blioberis ; 17 Baret de Quarignan ; 18 Meliadus le Blond ; 18 Madian le Crespé ; 20 Zeneas le Riche ; 21 Placide le Sore ; 22 Plantalis la Plaingne ; 23 Cristufle des Roches ; 24 Aiglin des Vaux ; 25 Kalogrenant ; 26 Gosoin le Desraé ; 27 Chabe le Brun ; 28 Grevi, neveu de la riche