Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 4.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
206
lancelot du lac.

saurai bien vous la conserver telle que vous en jouissiez dans vos îles lointaines. »

Galehaut partit le lendemain. Quand il fut arrivé en Sorelois il conta à Lancelot ce qui s’était passé entre le roi, la reine et lui. À la mi-carême ils revinrent à la cour, et ils trouvèrent, à la Pâque fleurie, le roi Artus dans un de ses châteaux nommé Dinasdaron[1]. L’usage d’Artus était de ne pas monter à cheval durant la semaine peineuse. En revoyant Lancelot il eut une joie que la reine ne ressentit pas moins vivement. La semaine passa en prières : le jour de Pâques, le roi revint à la charge auprès de Galehaut. De son côté la reine Genièvre manda Lancelot : elle l’embrassa à la vue de ceux qui se trouvaient dans ses chambres ; puis elle le prit par la main, avertit la compagnie de s’éloigner, et ne retint que lui, Galehaut et la dame de Malehaut. « Beau très-doux ami, lui dit-elle, la chose en est venue à ce point qu’il faut vous accorder avec le roi. Je le veux, Galehaut le veut également. Sachez bon gré à mon seigneur de son désir d’être votre ami. Il m’a commandé de vous offrir ce qu’il vous plairait demander mais je le sais ; de tous les biens, celui que vous possédez vaut à vos yeux le demeurant : toutefois, j’entends que vous ne

  1. Var. : Damazoron-Dimascon.