Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 4.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


NOTES

ET OBSERVATIONS GRAMMATICALES.


Page 4, « Loin d’elle il ne peut être en bon point », c’est-à-dire dans un bon état de santé. De ces trois mots nous avons fait très-improprement embonpoint, et nous en avons modifié le sens naturel au point de pouvoir parler d’un embonpoint excessif, — du trop d’embonpoint, — de beaucoup d’embonpoint.
P. 4. Quand il fut au monter. Quand il fut au moment de monter à cheval. — Les mots cheval et chevalier reviennent si souvent que j’ai trouvé à propos d’en diminuer le nombre. D’ailleurs, c’est dans le texte qu’on se contente de dire seulement, comme ici, monter. La forme « être au monter » semble un gallicisme qu’on eût pu conserver.
P. 4. La quête. Enquête, recherche. On a encore restreint le sens de ce mot ; il ne répond plus guère qu’à demande. On disait également la quête de celui qu’on cherchait, et la quête de celui qui cherchait ; de même que dans l’acception actuelle on dit : « la quête du dimanche » et la quête de madame N.
P. 4. Messire Gauvain. Gauvain et Yvain sont toujours ainsi qualifiés, comme fils aînés de rois encore vivants.
P. 5. Un clerc revêtu, c’est-à-dire en costume de clerc