Page:Pasteur - Recherches sur la dissymétrie moléculaire des produits organiques naturels, 1860.djvu/32

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.

la lumière polarisée, comme il arriverait, par exemple, pour une dissolution d’alun, liqueur formée de molécules à structure cubique distribuées sans ordre.

Imaginez, au contraire, le même escalier tournant formé de tétraèdres irréguliers pour marches. Détruisez l’escalier, et la dissymétrie existera encore, parce que vous aurez affaire à un ensemble de tétraèdres. Ils pourront avoir des positions quelconques, mais chacun d’eux n’en aura pas moins une dissymétrie propre. Tels sont les corps organiques où toutes les molécules ont une dissymétrie propre qui se traduit dans la forme du cristal. Lorsque le cristal est détruit par la dissolution, il en résulte une liqueur active pour la lumière polarisée, parce qu’elle est formée de molécules, pêle-mêle, il est vrai, mais ayant chacune une dissymétrie de même sens, si non de même intensité dans toutes les directions.

V.

Le quartz n’est donc pas moléculairement dissymétrique, et quant à présent nous n’avons aucun exemple de minéral qui possède la dissymétrie moléculaire. J’ai dit qu’il fallait étendre cette proposition aux composés artificiels des laboratoires. Ici encore on pourrait avoir quelques scrupules. On pourrait objecter, par exemple, que le camphre naturel qui est dissymétrique, donne artificiellement de l’acide camphorique également dissymétrique ; que l’acide aspartique provenant de l’asparagine par une réaction de laboratoire est dissymétrique à la manière de l’asparagine, et je pourrais citer bien d’autres exemples pareils. Mais il ne sera douteux pour personne que les acides camphorique et aspartique doivent au camphre et à l’asparagine leur dissymétrie propre. Celle-ci