Page:Paul Bourget – L’étape.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
21
UN AMOUREUX

avec une exaltation dont j’aurais peur, si je ne te savais pas si courageuse, quand il le faut. À t’entendre, la réponse que nous attendons aujourd hui sera certainement ce que nous souhaitons qu’elle soit. Si elle était le contraire cependant ? Si, au dernier moment, les idées qui ont empêché Jean d’accepter aussitôt la condition que nous avons mise, toi et moi, à notre consentement, étaient les plus fortes ?.. Moi aussi, » continua-t-il, « je crois à une mystérieuse influence des morts sur les vivants, et qu’ils peuvent obtenir pour nous, comme nous pouvons obtenir pour eux. C’est tout le sens de la fête d’aujourd’hui et de la communion des saints. Mais je crois aussi que la décision suprême d’une volonté dépend d’elle seule. Je ne t’ai pas caché que, dans les circonstances qui ont amené les choses où elles en sont, j’ai cru voir un dessein caché, une invite de Dieu à cette âme. Cette âme s’y rendra-t-elle ? C’est ce que ni toi ni moi nous ne pouvons savoir, mon enfant. »

— « Vous craignez mon chagrin, si j’étais déçue, mon bon père, » dit Brigitte, en secouant la tête, avec un sourire ému et confiant. « Je ne peux pas l’être. Vous m’avez raconté vous-même que l’incrédulité de M. Monneron n’était que de l’ignorance. Vous lui avez si souvent appliqué devant moi cette belle phrase du cardinal Newman : Je n’ai jamais péché contre la lumière. Il sait, maintenant que vous avez tant discuté avec lui. Toutes ses objections, vous les avez dissipées. Toutes vos réflexions, vous les lui avez