Page:Paul Kane - Les Indiens de la baie d'Hudson.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
12
les indiens de la baie d’hudson.

avec épouvante le corps de la pauvre femme presque entièrement dévoré et méconnaissable. Avec désespoir, ils recueillirent ses restes chéris et rentrèrent au camp, où elle fut pleurée pendant bien des semaines par ses amis et ses parents, et enterrée suivant les rites de la tribu.

« Shawwanossoway, désolé du résultat de sa funeste passion, résolut de renoncer à la guerre ; offrant donc au Grand-Esprit son tomahawk pour le transformer en instrument de justice, il prit les insignes des devins et depuis lors il n’a pas démenti son nouveau caractère. »

À six milles de Manetouawning est un autre village nommé Wequimecong, fort de cinquante ou soixante maisons, avec une mission catholique et une église. Asabonish le gouverne. Il appartient aux Indiens Ahtawwah ; cette tribu a infiniment de rapports avec les Ojibbeways et parle le même langage. Les Indiens de ce village vivent presque exclusivement de saumon et de poisson blanc, qu’ils pêchent en quantités énormes. Ils font aussi en abondance du sucre d’érable, qu’ils vendent au commerce ; ils n’ignorent ni l’agriculture ni l’industrie, et, sous la direction des missionnaires, ils ont ensemencé plusieurs champs de blé, d’avoine et de pommes de terre, et construit une jolie petite église.

Tandis que j’étais à Manetouawning, le successeur de M. Anderson, M. Ironsides y arriva ; c’est un métis, et son nom indien signifie « la Marche dans l’eau ; » il descend de Tecumseh et se sert du même to tem ou tortue, chaque famille indienne ayant une sorte de devise héraldique dont elle se sert comme signature dans les circonstances graves. Ainsi, une famille tra-