Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV. C’est nous autres, messieurs.

Il y avait une fois trois garçons qui voulurent aller à Paris pour apprendre à parler. Arrivés près de la ville l’un d’eux dit :

— Restez ici ; je vais aller écouter et vous raconterai ce que j’aurai ouï.

Il entendit les gens de Paris qui disaient :

— C’est nous autres, messieurs.

Et il revint en disant à ses camarades :

— J’ai appris à parler : c’est nous autres, messieurs.

Le second alla écouter à son tour, et voici ce qu’il entendit :

— C’est parce que nous le voulons.

Le troisième ouït dire :

— Sacrédié, c’est de tant mieux.

Alors ils s’en vinrent, pensant être assez instruits. Ils trouvèrent sur leur route un homme assassiné, et se mirent à dire des prières auprès de son cadavre. Des gendarmes survinrent qui leur dirent :