Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dans deux autres contes que j’ai recueillis en Haute-Bretagne, il est aussi question de la punition que doit subir le premier qui se fâche : dans l’un, le premier qui sera lassé doit recevoir de l’autre un coup de poing ; le domestique entré en service vend les vaches qu’il gardait, et met deux queues dans le haut d’un arbre pour faire accroire à son maître que le vent les a enlevées ; il vend un troupeau de cochons, et plante les queues dans une fondrière, comme s’ils s’y étaient embourbés ; il vend le grain d’une grange, et prétend que les rats et les souris l’ont mangé ; il vend des arbres, et dit que les loups les ont dévorés ; il descend dans un puits pour chercher un seau, et ayant heurté son maître avec une grosse pierre, celui-ci finit par se fâcher, et le domestique le tue d’un coup de poing. Voici le second conte que je donne in extenso à cause de son peu d’étendue.