Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


river ; j’en ai cité plusieurs exemples dans ma brochure sur les traditions, superstitions et légendes de la Haute-Bretagne, p. 28 et sqq. Voici deux exemples de ces récits, fort courts en général :


Une femme, dont le frère était malade, revenait du marché le soir : elle vit son frère qui dansait devant elle sur la route. Elle l’appela, mais sans recevoir de réponse : elle fit une prière, et il disparut.

À la porte de sa maison, elle le revit encore qui dansait : elle pria, et il disparut de nouveau. En entrant dans la maison, elle trouva son frère mort.


Un soir, un homme sentit qu’on lui donnait un coup de poing sur la figure : il eut beau regarder autour de lui ; il ne vit personne. Il comprit alors que c’était un avènement, et remarqua l’heure et le jour où cela lui était arrivé. Peu après, il apprit qu’à cette heure même un de ses amis était mort.