Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Recteur de Chantepie.

— On n’entre pas.

— Comment ! la porte du paradis serait fermée pour un vieux serviteur comme moi ?

— On n’entre pas, et plus de réplique, cria saint Antoine.

Le vieux curé s’assit fort mécontent sur une borne qui était à l’entrée du paradis, songeant au passe-droit qui lui était fait.

Il vit venir une religieuse qui frappa aussi à la porte.

— Qui est là ? dit saint Antoine d’une voix rude.

— Une sœur de charité.

— On n’entre pas.

— Je suis une sœur de charité, répéta-t-elle, croyant que le portier avait mal entendu.

— On n’entre pas.

La sœur vint s’asseoir sur la borne qui était de l’autre côté de la porte, en face de celle où était le vieux reaeur, et se mit à pleurer ; puis, comme deux personnes assises à une porte en attendant qu’elle s’ouvre sont portées à causer, ils se racontèrent leurs mésaventures, tout en cherchant le moyen d’entrer au séjour des élus.

Pendant qu’ils étaient à deviser, voici qu’ils entendent un bruit de cheval au galop et de ferraille, et un cavalier s’arrête à la porte,