Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V. Contes des marins et des pêcheurs.

Les marins et les pêcheurs ont aussi une sorte de littérature orale particulière : elle se manifeste surtout pendant les longues traversées que font les Terre-Neuvats qui s’embarquent comme passagers pour aller pêcher sur les goélettes de Saint-Pierre-Miquelon. Entassés dans des cales qui ne sont point aménagées d’une façon confortable, les matelots cherchent à tuer le temps par tous les moyens possibles, et les conteurs sont bien accueillis. Les histoires les plus goûtées sont celles que les narrateurs font parfois durer plusieurs jours, à force de les charger d’incidents, de descriptions prolixes et de plaisanteries qui parfois n’ont aucun rapport avec le sujet du conte. J’ai quelques récits de ce genre ; mais ils