Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Quand le loup fut mort, on le jeta dehors. Et une vieille bonne femme qui était à sa fouée trouva le loup qui était racorni et tout noir ; elle crut que c’était une bûche à moitié brûlée, et elle le ramassa. Elle le mit derrière son feu, et le loup disait :

Chauffe ton cu,
Ma bonne femme ; il est tout cru.

(Conté en 1879 par J. M. Pluet, de Saint-Cast, mousse.)


Cf. E. Rolland, Faune populaire de la France, t. I, p. 131, où se trouve un conte, probablement lorrain, qui a de l’analogie avec celui-ci.