Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je n’ai pas vu mon amant ce matin,
C’est cela qui me fait de la peine ;
Je n’ai pas vu mon amant ce matin,
C’est cela qui me fait du chagrin.

(Dinant, Ercé.)

IV. — Tout le long du bois.
Tout le long du bois
J’embrassis Jeannette,
J’embrassis Jeannette
Tout le long du bois.
Et si le bois
Avait été plus long,
J’aurais embrassé
Jeannette tout du long.
Tout le long, etc.

(Ercé.)

Cela se répète indéfiniment.