Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Me voici en ménage,
Avec mon cher mari.
Ton ton, etc.
Me voici en ménage,
Avec mon cher mari : (bis)
Ce n’est point pour un an
Ni une année et demie.
Ton, ton, etc.
Ce n’est point pour un an
Ni une année et demie. (bis)
C’est pour toute ma vie,
Et la sienne aussi.
Ton ton, etc.

(Matignon.)

Cf. Bujeaud, t. I, p. 68, la chanson saintongeoise : J’ai ouvert ma fenêtre, et le Romancero de Champagne, 2e part., p. 233.

VI. — La bonne amie morte.
Par un dimanche au soir,
J’m’en fus voir ma maîtresse :
C’était pour la fiancer ;
Elle était prête à trépasser.