Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Cf. Mélusine, col. 259, D. 69 (Velay et Forez) ; Rolland, D. 11 (Cantal, Dordogne, Languedoc, Catalogne) ; Sauvé, Revue celtique, D. 5 (Basse-Bretagne) ; Bladé, D. 83 (Armagnac et Agenais).

4.
Qui va de branche en branche,
Et de Paris en France ? (E.)

— Le vent.

Cf. Bladé, D. 38, 41 (Agenais et Armagnac).

5.
Qui est-ce qui couvère (couvre) ben la ville de Paris,
Et qui ne sarait couvri’ le haut d’un puits ?

(Trélivan.)

— La neige.

Cf. Rolland, D. 12 (Haute-Saône) ; Sauvé, D. 19 (Basse-Bretagne).

6.

Je suis ici et toi à Paris : on peut se laver avec la même ève (eau) et s’essuer (s’essuyer) o la même serviette. (E.)

— La rosée et le soleil.

7.

Qui porterait ben un faix et ne porterait pas une maille (un clou) ?

— L’eau.

Cf. Rolland, D. 23 (Nancy, Languedoc) ; Sauvé, D. 11 (Basse-Bretagne) ; Bladé, D. 43 (Agenais, Armagnac).