Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


40.
Blanc guérêt, noire semence ;
Celui qui sème pense.

— Le papier, l’encre et celui qui écrit.

Cf. Bladé, D. 27 ; Mélusine, col. 255, Dev. du Forez, n° 13, et Rolland, D. 250 (Dordogne, Sicile, Angleterre, Lithuanie).

41.

Je suis un arbre, et je ne porte pas de fruits ; je ne dis rien, et je porte conseil ; je suis couvert de peaux de bêtes. Devinez ce que je peux être.

— Un livre.

Cf. Bladé, D. 28 (Armagnac, Agenais).

42.

J’ai tué sans voir, j’ai mangé ce qui n’était pas né, et je l’ai fait cuire dans des paroles. (E.)

— Tuer sans y prendre garde une liévresse pleine, et faire cuire ses petits avec des livres.

Cf. Sauvé, D. 36 (Basse-Bretagne).

43.

Je suis au bas d’un champ ; je vois venir vers moi un tranchant qui m’ôte la vie ; je meurs, et tout le monde admire la beauté de ma voix. (M.)

— Un instrument de musique.

Cf. Devinaille du Forez et du Velay, Mélusine, col. 254.