Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


8.

Avec lui, il n’y a ni petite vache ni petit veau. (E.) — Se dit de celui qui exagère tout.

9.
Bon Dieu d’en haut,
Prends ma femme ; laisse mes chevaux.

C’est un dicton qu’on attribue aux laboureurs.

10.

Ça allit d’une langue dans l’aut’e. (S.-C.) — Cela se répandit un peu partout.

11.

Ça arrivit dans l’temps jadis où les poules pissaint dans n’un bassin. — C’est un conte.

(S.-C.)

12.

Ça y’ est-i’ un biau gars ? — Comme l’s aut’es : il a deux yeux, le nez au mitan du visage et une goule ; il est ben. (E.)

13.

Ça n’est pas la graisse de cochon qui l’empôse (empêche) de couri’.

14.

Cela li est défense (défendu) comme le Pater es ânes. (M.) — Il n’est pas capable de le faire.

15.

Ce que les houas (oies) n’entendent pas, les murs le répètent. — Les murs ont des oreilles.

16.

C’est Césembre à mettre à la voile. (S.-C., D.) — C’est une chose difficile à faire.

Césembre est une des îles de la rade de Saint-Malo.

17.

Chacun connaît midi à sa porte. (S.-C.)

Cf. Mélusine, col. 291 (Bessin).