Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/382

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


25.

Donner son âme au bon Dieu et son cu ès puces. (E.) — Aller se coucher.

26.

Du cite qui fait tomber le paï (poil) des dents. (M.) — Du cidre fort.

27.

Elle est belle au coffre ; elle est belle dans l’armoire. (E.) — Se dit en parlant d’une personne laide, mais riche.

28.

Embêtant comme les vêp’s de Laucaleu, (D.) ou comme les vêpres de Bobita.

Les vêpres de Laucaleu consistent à répéter sur l’air de Dixit Dominus : Un bâton, deux bâtons ; si j’avais cor un bâton, ça frait tras bâtons, etc. Sur les géographies officielles, Laucaleu est orthographié Aucaleuc ; mais les paysans disent toujours Laucaleu, et ils ont raison, Laucaleu étant vraisemblablement une forme un peu altérée de Loc-Allek, pays des saules. Bobita ou Bobital est une commune voisine d’Aucaleuc. Vers Moncontour, au lieu de Laucaleu, on dit : Les vêpres de Trégenestre, ancienne trêve de Meslin.

29.

En s’entr’aidant ’n’y a que demi-peine. (E.)

Cf. Perron, p. 80 (Franche-Comté).

30.

Faire l’amour comme les gâs de Plêré, qui frappent sur le genou aux filles en leur disant : « En av’ous cor un comme héla ? » — En avez-vous un pareil ?

Plêré est une prononciation contractée de Pléhérel, commune de l’arrondissement de Dinan.