Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



E’ finirent par arriver à la Goule-ès-Fées, qu’est eune grotte escarabe[1], quasiment aussi grande que ielle à Poulifée ou la Salle à Margot, que les monsieux vont va quand le temps est biau, et qui sont au bas des falâses de Ferhel. O vit su n’un let eune femme toute jieune et qu’avait p’usieurs personnes alentour de ielle. O li portit secoû, et bentôt o reçut un biau petit gars, ben mochet[2], qui b’sait ben sept liv’es tras quarts ou le quart maïns de huit liv’es.

Les aut’s femmes donnitent à Milie eune bouêtte où i’ n’y avait une manière d’onguent, quasiment pareil — respé d’vous — à de la graisse de pouër[3], et i’ li ditent de frotter l’éfant, et de ben s’essuer[4] les mains après de cela, ou ben qu’i li en arriverait vantiez du deu[5].

O frottit la garçaille, et sans faire mine de ren o se grattit un zieu[6] et o s’en mint un p’tit dans n’un coin. O n’eut pas p’utôt fait héla, qu’o vit tout changé alentour de ielle. La grotte était belle comme une église à la Miaô[7] ; les femmes étaint attifées comme des princeresses, et Milie n’avait ren veu de si biau ni à Saint-

  1. Escarable, énorme.
  2. Dodu.
  3. Porc.
  4. S’essuyer.
  5. Ou qu’il lui en arriverait peut-être du deuil, du mal.
  6. Un œil.
  7. La mi-août.