Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



B. — Contes de féeries qui ne se passent pas dans un lieu déterminé.

À côté des contes dont les narrateurs placent la scène dans un endroit déterminé de la Haute-Bretagne, il y a un grand nombre de récits de féeries et d’aventures merveilleuses qui se passent dans un lieu indéterminé, et dont souvent les héros sont anonymes. Ces contes sont de ceux dont le thème originel, modifié par le génie des narrateurs de chaque pays, se retrouve un peu partout, non seulement en France et chez les peuples qui parlent les langues novo-latines ou les dialectes celtiques, mais encore dans les pays où l’on se sert des idiomes germaniques, chez les Slaves, dans l’Inde, parfois même chez des peuples qui ne sont pas de race aryenne.

Quelle que soit l’origine de ces récits, qu’ils soient anciens dans le pays où on les raconte, ou qu’ils y aient été importés récemment, ils sont intéressants à recueillir, ne serait-ce que pour montrer les innombrables transformations que chaque race et parfois chaque groupe provincial a fait subir à ces mythes qui semblent communs a l’humanité tout entière.