Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



— C’est mon vieil ami et compagnon d’étude, sir forester, propriétaire de l’abbaye de Redrose.

— A-t-il de la fortune ?

— Beaucoup, je vous assure.

— Je ne m’étonne plus qu’il ait aussi bonne tournure. Quel est ce personnage taciturne assis auprès de lui ?

— Je ne le connais que de nom. C’est sir Fax, ami de Forester ; il est en visite à l’abbaye.

— Bien ! et ce grand gentilhomme si remarquablement laid ?

— Il se nomme Oran-Haut-Ton ; il est baronnet, et vous pouvez ajouter bientôt représentant de l’ancien et honorable bourg d’Onevote.

— Un baronnet, un membre du parlement, que je le regarde encore ; j’avais tort, vraiment, de le trouver laid ; il a très-bon air, très-bon ton, il est, sans doute,