Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/349

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


COMPTE RENDU DE MANDAT

— Pourquoi vous doit-il un compte rendu?

— Parce qu'il fut vraiment mon délégué au premier congrès national des Organisations socialistes fran- çaises, tenu à Paris en décembre 1899.

— Nous devons donc savoir comment vous l'avex délégué.

— C'est bien simple :

Quand nous eûmes lu dans les journaux que les socialistes français allaient tenir leurs États-Généraux pour commencer la révolution i>ociale, — immédiatement on s'est dit qu'il fallait que le Groupe d'éludés sociales d'Orléans fût représenté dans ces États-Généraux.

— Qui était ce groupe d'études sociales?

— Un groupe d'études sociales, quoi. Vous savez bien ce que c'est.

— Sans doute, sans doute. Mais faites comme si je ne le savais pas.

— Je vous vois venir, avec vos gros sabots. Vous voulez à présent me faire parler.

— Oui.

— Vous voulez me faire causer?

— Oui.

— Sachez donc ce qui en est. C'est mon petit cousin qui m'a fait entrer dans le groupe d'études sociales d'Orléans. 11 en était avant moi.

— Qu'est-ce qu'il y faisait?

— De la propagande. Il travaillait avec Nivet à remonter le groupe qui était descendu. Ils étaient toujours d'accord ensemble. Dans ce temps-là.

— Comment faisait-il de la propagande?

— Vous voulez tout savoir, et ne rien payer, vous. Je

341

�� �