Page:Peguy oeuvres completes 02.djvu/401

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES SUPPLIANTS PARALLÈLES

TaÛT-rjV ETifa^a * TtaTôa yàç MsvotxÉcaç Kpsovr', £[xauTou '(xii^fo'^, hç tx YIu^ixt. sTTÊfjL'Ia <ï>oî6ou 8a)[jLa6', co; itûôoiO' o ti

SpWV 7] Tl C&0)VWV TV^VOe ÔU(70t|JI.71V TToX'.V. Kaî \J. Tj}Jl.3tp YjSTj ;U[X.[X£TpOÛ(X£VOV yoÔvtU

XuTreï t( Tîpâîuet • tou yàp etxoTOç Ttépa àTTEOT'. TiXeiw Toij xxÔTjXOvtoç y'pdvou. "Oxav ' l'x7]Tat, TT,vixa3T' èyà) xaxôç |xifl opùiv iv elVjv ttocvÔ' od' iv oTjXoÏ Ôedç.

Œdipe

enfants lamentables, désirant des choses connues et non inconnues, vous êtes venus à moi. Car je sais bien que vous êtes tous malades, et étant malades, comme moi il ny a pas un de vous qui soit malade également. Car votre douleur à vous va vers un seul un en ce qui le concerne lui-même, et nulle personne autre, mais mon âme gémit sur la cité, et sur moi, et sur toi ensemble.

Mon âme gémit, mon âme pleure sur la cité, et sur moi, et sur toi ensemble : nous avons ici toute parfaite et dans toute sa pureté la formule même des lamen- tations antiques. Il ne se sépare point de la cité, ni de son interlocuteur. Le supplié antique, lui-même suppliant, supplié des hommes, suppliant aux dieux, ne se sépare point du suppliant inférieur. Le supplié antique, lui-même suppliant du deuxième degré, ne se sépare point du suppliant du premier degré. La suppli- cation englobe l'un et l'autre, et nul citoyen, fût-il prêtre, fût-il roi, ne se sépare de la cité, comme nul

393

�� �