Page:Peguy oeuvres completes 02.djvu/400

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ŒUVRES DE PROSE « Dans Ma sollicitude pour les ouvriers, Je veillerai i ce que l'on fasse tout ce quil est possible de faire pour améliorer leur condition, et à ce qu'on leur donne les moyens et la possibilité de faire connaître leurs nouveaux besoins, au fur et à mesure que ceux-ci se manifesteront.

« Je crois à l'honneur des ouvriers et à leur dévouement inaltérable envers Moi, et Je leur pardonne leur faute.

« Retournez maintenant à vos paisibles travaux; mettez- vous à iœuvre, vous et vos camarades, en faisant le signe de la croix. Que Dieu vous soit en aide. »

Il peut sembler à première vue que le parallélisme ici se retourne, se rabat seulement, se contrarie ; mais il devient vile évident qu'en réalité il se poursuit, qu'il se continue autant et plus qu'il ne se rabat. Mutations faites, et omises pour un instant les variations circon- stantielles, c'est bien une réponse de même sens à des supplications de même sens :

OIAinOTS

Q Tratûeç olxrpoi, yvcDri xo'jx àyvwTâ uoi TrpoiTiXôeO' ttLEÎpovTeç. EO v^P <^'^' °'^' vo(î£tT£ TrivTeç, xal voffoùvreç, ojç èyo) oùx lijTtv û(i.wv offTtç è; ïuou vouet. Tb [J-èv yàp û[jLwv àXyoç eiç ëv' ep/exat fiôvov xaO' aÛTÔv, xoùSév' âXXov, Y) 8' èjx-r) t|/uyr, ttôXiv ts xà(i.è xai <s' ôuou cziwti. "ûffT' où'/ uTTvw y' euoovtâ IL è^eveî'peTS * àXX' Tffre TroXXà ;/.év [xe oaxpûaavxa S/j, TtoXXà; 8' ô8oùç èXôôvxa {£ipovxt8oç TrXotvotç.

Hv 8' £Ù (JXOTTWV eup'.ITXOV t'a^lV [XÔVTjV,

392

�� �