Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/189

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DES SAINTS INNOCENTS

Qui dit vingt fois bonjour, vingt fois bonsoir en sautant.

Et en riant et en (se) jouant.

Une fois ne lui suffît pas. Il s’en faut. Il n’y a pas de danger.

Il leur en faut, de dire bonjour et bonsoir. Ils n’en ont jamais assez.

C’est que pour eux la vingtième fois est comme la pre- mière. Ils comptent comme moi.

C’est ainsi que je compte les heures.

Et c’est pour cela que loute l’éternité et que tout le

temps Est (comme) un instant dans le creu.v de ma main.

Rien n’est beau comme un enfant qui s’endort en faisant

sa prière, dit Dieu. Je vous le dis, rien n’est aussi beau dans le monde. Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau dans le monde. Et pourtant j’en ai vu des beautés dans le monde Et je m’y connais. Ma création regorge de beautés. Ma création regorge de merveilles. Il y en a tant qu’on ne sait pas où les mettre. J’ai vu des millions et des millions d’astres rouler sous

mes pieds comme les sables de la mer.

181