Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


brigands qui l’occupaient le voulaient bien. Allait-il du côté d’Orléans ? il y trouvait une tour énorme, dont les murs se voient encore de très-loin : Montlhéry. Dans cette tour habitait un pillard décidé qui se moquait du roi. Il fallut, pour que l’ancêtre de Henri V pût aller de Paris à Étampes, que son propre fils épousât une fille de ce seigneur. « Garde cette tour sans fermer l’œil, disait le roi Philippe Ier à son héritier : ses vexations m’ont presque fait vieillir de rage, et ne m’ont pas laissé une minute de repos. » Du même côté, un autre repaire de pillards, le château du Puiset, coûta au roi trois ans de siège.

Ce roitelet de Paris (mais Paris alors était une bourgade tenant à peu près toute entière dans l’île de la Cité), ce roitelet de Paris, tout essoufflé de ses querelles avec les hobereaux du voisinage, comment se tirerait-il de là ? Il n’était pas de race guerrière. La famille des Capets, en ce temps-