Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Versailles. Que coûta-t-il ? Louis XIV, n’avait guère la pudeur de ses dépenses ; se regardant comme un demi-Dieu, considérant les hommes comme de la poussière ; devant qui aurait-il rougi ? Eh bien ! il eut honte pour Versailles, il dissimula les comptes des dépenses ; il cacha l’abîme il avait jeté plus d’or qu’il n’en eût fallu pour la rançon d’un peuple.

Puis viennent la noblesse et la cour. Il faut se mettre à l’unisson, vivre de la même vie que le roi, tenir son rang de satellite. Avec quoi ? avec ses revenus seuls ? Cela eut été rafflé en un mois à pareil train. Non, tous vivent du roi, de ses pensions, de ses cadeaux.

Mais l’administration aussi vit du trésor, toute cette énorme administration, avec