Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les villes ! Il n’en est plus une qui ait gardé l’ombre d’une indépendance municipale. Les cultivateurs ! Serfs des seigneurs, qui eux-mêmes sont valets du roi, ils ont cette alternative : cracher leur dernier liard, s’ils obéissent, et être pendus s’ils résistent ! Le clergé ! Mené à la baguette, et le pape lui-même obéit. L’industrie et le commerce ! Ils sont si bien réglementés, et si bien tenus, qu’à leur tour, ce sont des sortes de services publics. L’art, la science, la littérature ? fonctions comme les autres, réglées par le maître des cérémonies à Versailles. Il y a progrès sur le despotisme romain qui, au moins, laissait subsister une apparence de vie locale et municipale.

C’est un gouffre d’argent, que cette royauté de parade. Pour le roi d’abord, pour bâtir ses palais, et payer sa vie solennelle. Le plus fameux de ses palais, fut