Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’est ainsi qu’on établissait artificiellement une industrie privilégiée. Le but est facile à voir. Cette industrie est tout entière d’apparat et créée pour la cour de Versailles. Il s’agissait d’avoir les « accessoires, » comme on dit au théâtre, pour la pièce à grand spectacle que jouait la monarchie. On essayait de le faire artificiellement par décrets. On ne crée pas la vie par ordonnance. Tant que Colbert vécut, il put faire marcher sa création à force d’énergie. Lui mort, elles moururent. De tout ce grand effort, que resta-t-il ? Quelques industries nouvelles, qui se seraient sans doute acclimatées sans cela, et surtout quelques coûteuses manufactures royales, que l’État, c’est à dire le peuple, soutenait.

II. — Au dessous de ce système laborieux et coûteux, des manufactures privilégiées, les corporations subsistaient. Mais dans quel état ! Il serait trop long de