Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


décrire leurs transformations successives. Quelques mots donneront l’idée de leur état définitif.

I° On a supprimé les dernières traces d’élections pour les magistrats. En mars 1691, le roi établit partout, au lieu de magistrats, ou jurés électifs (plus ou moins électifs, comme on l’a vu), des jurés « en titre d’office, » c’est-à-dire tenant et achetant leur place du roi.

Mais malgré la fureur d’organisation, certains métiers n’ont encore ni maîtrises ni jurandes. À ceux-là s’imposent des « syndics » dont les offices, comme ceux des premiers, sont héréditaires.

2° Les maîtres ou patrons, ne peuvent plus exercer, qu’après avoir été reçus par le procureur du roi, qui confirme leur