Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tions primitivement libres. Elle a donc un cadre despotique, dans lequel sa première idée doit être de retenir le travail par la contrainte. Tout cela se déduit et s’enchaîne ; ce n’est pas un caprice du despotisme, c’est un développement logique.

Si logique, que mille cinq ou six cents ans après, en France, une centralisation analogue amena, comme on le verra, le même résultat ; et que l’heure vint, sous Louis XV, où la monarchie qu’on veut restaurer avec Henri V, fut réduite à interdire, non plus à l’ouvrier, mais au patron, de renoncer à son industrie, parce qu’il ne put pas se soustraire au payement des diverses formes d’impôts que l’État tirait de lui.

Revenons à l’Empire Romain.

Un monde où chacun reste malgré lui, depuis l’ouvrier jusqu’au soldat, n’a plus