Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le premier était celui des « apprentis. » Le temps de l’apprentissage, qui variait suivant les métiers, était généralement fort long. Il pouvait aller jusqu’à douze ans. Les parents de l’enfant qu’on plaçait comme apprenti passaient un contrat avec le patron chez qui il entrait. L’apprenti payait à son patron une somme annuelle, dont le minimum était fixé par les coutumes ou les règlements de la corporation. Quelquefois, il pouvait faire son apprentissage gratis.

Une fois engagé, il ne pouvait plus quitter son patron, mais celui-ci devait le loger, le nourrir, l’entretenir. Il avait dans la maison une position à la fois d’élève et de serviteur. Cette dernière était naturelle, à une époque où les fonctions domestiques étaient dévolues à la jeunesse, et où le fils des plus nobles commençait par servir aussi. L’apprenti n’était pas sacrifié, tant s’en faut, par l’organisation ouvrière du