Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sion commune, on ne connaissait pas les grandes situations industrielles et commerciales. Le fabricant avait lui-même sa boutique, où il vendait ses produits ; là il était à la fois patron et marchand. Son commerce et sa fabrication étaient restreints. Puis, avant d’être patron, il fallait qu’il eût été ouvrier. Il avait eu le sort du très-petit nombre de travailleurs qu’il employait. Il était de la même classe sociale qu’eux. Il s’était affranchi avec eux. Bref, les différences, les exploitations, les luttes, qui se sont fait jour depuis, étaient encore ignorées.

Les corporations ouvrières, où se rencontraient les industriels, les négociants, et jusqu’aux changeurs et aux banquiers, organisés comme les autres, tant les situations changent ! les corporations ouvrières contenaient trois états divers, moins trois classes séparées que trois grades successifs, en quelque sorte.