Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tier, qu’il soit en l’atelier, qu’on l’honore plus que celui qui ne sait pas le faire, et que son maître ne l’envoie plus en ville chercher son pain et son vin, comme un garçon. »

Chaque maître pouvait employer autant d’ouvriers qu’il en avait besoin. Il passait avec eux un engagement. Si l’ouvrier ne pouvait plus rompre cet engagement, le maître, de son côté, ne pouvait plus le renvoyer sans de bonnes raisons. Dans les cas où il y avait contestation, c’étaient les magistrats de la corporation qui décidaient ; et ces magistrats étaient pris, dans beaucoup de corporations, en nombre égal parmi les ouvriers et les patrons.

Si le patron avait des droits vis-à-vis l’ouvrier, l’ouvrier en avait vis-à-vis du patron. D’abord celui qui était de la corporation devait être employé de préférence à