Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas des sociétés fondées pour un but spécial, mais de véritables petites républiques industrielles, où les travailleurs s’administrent eux-mêmes et font leurs lois et leur police, sans que l’autorité s’en mêle.

Que ces républiques fussent exclusives et jalouses, comment s’en étonner ? Dans le morcellement du moyen âge chaque coin de territoire s’arrangeait de son mieux et gagnait ce qu’il pouvait de liberté ou de droits, à part des autres. Si l’on tient compte de cette circonstance, l’organisation des corps de métiers ne paraîtra pas à dédaigner.

Les travailleurs une fois affranchis, quelle est leur première idée ? — Assurer la loyauté de l’industrie, surveiller la moralité de l’ouvrier et du patron ; exiger une solide éducation professionnelle. Un pareil exemple semble indiquer que l’autonomie des classes