Page:Pellissier-Art-ancien.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


12
INTRODUCTION — DU BEAU ET DE L'ART

logique; mais à la réflexion on reconnaît que rien n’est plus vague et plus exposé aux contradictions que cette formule : « Imiter la nature. » En effet, qu’est-ce en réalité que la nature ? Est-ce la collection complète de tous les caractères, même accidentels, des choses et des êtres ? Dans ce cas l’imitation de la nature est impossible, parce que notre imitation sera toujours incomplète. Est-ce la reproduction des traits essentiels ? Mais comment faire le choix de ces traits essentiels, et au nom de quelle autorité, si l’artiste n’a point un idéal ?

Une belle composition artistique est l’œuvre d’une imagination féconde qui obéit spontanément à une haute raison.

CARACTÈRE ESSENTIEL DE L’ART

Par essence, toute œuvre d’art doit traduire dans un langage clair et saisissant des sentiments qui charment notre âme et l’élèvent. L’artiste présente au public la traduction des émotions que lui a causées la nature; et cette traduction doit être plus facile à comprendre que ne serait la nature elle-même. En effet, les objets et les êtres de la nature se présentent à nous avec une foule de caractères très divers et très mêlés, parmi lesquels la beauté se trouve comme noyée; le devoir de l’artiste est de dégager les caractères essentiels de la beauté, pour les mettre en lumière dans une image durable de la nature. Ainsi toute œuvre d’art sera l’image d’une réalité, mais d’une réalité dégagée des imperfections de détail qui nuisent à l’expression de l’idée ou du sentiment dont l’artiste veut être l’interprète. Pour une œuvre d’art, le mérite éminent consiste dans une harmonie