Page:Pellissier-Art-ancien.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


26
INTRODUCTION — DU BEAU ET DE L'ART

seule vraiment classique, parce que, dans une harmonie digne de servir de modèle, les édifices grecs unissent la variété à l’unité, la noblesse au naturel.

LA SCULPTURE ET LA PEINTURE

La sculpture est l’art de représenter les objets et les êtres en reproduisant leur relief. Ce n’est point un art créateur comme la poésie, la musique et l’architecture ; c’est, comme la peinture, un art d’imitation qui trouve ses modèles dans la nature. Mais les objets que la nature fournit à son étude, le sculpteur ne se contente pas de les copier, il leur donne le sens et l’expression qu’il veut. Ainsi l’objet ou l’être de la nature transfiguré par son génie devient le signe et l’expression de la pensée et du sentiment de l’artiste.

Une statue n’est point, comme une figure de cire, une copie qui cherche à produire l’illusion de la réalité , c’est l’imitation éloignée d’un modèle auquel l’artiste fait subir toutes les modifications qu’il croit propres à rendre plus claire et plus vive l’expression du sentiment qu’il veut représenter et faire partager au spectateur.

Dans l’ordre du temps, la sculpture est la sœur aînée de la peinture ; elle emploie le moyen le plus simple d’imiter les formes, c’est à savoir le relief même de la réalité.

La plus grande difficulté pour le statuaire est le choix de la pose, c’est-à-dire de l’attitude de son sujet ; il doit éviter deux excès opposés : la raideur et la manière ; il ne peut représenter un mouvement passager, et cependant il doit exprimer la vie. De là il s’ensuit que les sentiments les plus simples sont les seuls que le statuaire puisse bien