Page:Pellissier-Art-ancien.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


27
LA SCULPTURE ET LA PEINTURE

exprimer : la majesté dans le Jupiter de Phidias , l’orgueil de la victoire dans le David de Michel- Ange ; l’humilité et le repentir dans la Madeleine de Canova.

A ce titre, la sculpture grecque est et restera classique, c’est-à-dire digne de servir de modèle, parce qu’elle unit la vérité à l’idéal, et qu’elle offre au suprême degré la pureté des lignes, la grâce des contours, le naturel, l’aisance, l’animation, la noblesse expressive des attitudes. Voilà pourquoi les artistes modernes, même les plus éminents, ne sont encore que des disciples bien inférieurs à leurs maîtres immortels.

La peinture est l’art de représenter la forme et la couleur des objets et des êtres. Outre le contour des figures, le peintre cherche à reproduire aussi le charme de la couleur, le jeu de la lumière et des ombres, afin de parler plus vivement à la pensée, et de provoquer une émotion plus profonde.

Cependant il ne s’agit pas pour lui de rivaliser avec la réalité. On a dit avec raison que le plus beau soleil de Claude Lorrain ne supporterait pas la comparaison avec la flamme de la plus misérable chandelle. L’unique ambition du peintre est de produire dans l’âme une impression analogue à celle de la nature, par l’harmonie et le contraste des couleurs qu’il emploie.

Dans ces limites, et grâce aux moyens d’expression dont il dispose, le peintre peut rendre tous les sentiments, même les plus délicats et les plus fugitifs ; sa palette et son pinceau lui fournissent les plus puissants moyens d’action sur l’imagination.

Pour le reste, les principes du goût sont les mêmes, qu’ils s’adressent au peintre ou au statuaire ; justesse des contours, simplicité de la composition, choix intelligent