Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
61
la guerre des boutons


partit enfin la face ravagée, fit quelques pas, puis se laissa choir derrière un petit buisson comme pour pleurer à son aise ou chercher quelques épines qui lui permissent de retenir son pantalon autour de ses reins.

Une colère folle le dominait : il tapa du pied, il serra les poings, il grinça des dents, il mordit la terre, puis, comme si cet âpre baiser l’eût inspiré subitement, il s’arrêta net.

Les cuivres du couchant baissaient dans les branches demi-nues de la forêt, élargissant l’horizon, amplifiant les lignes, ennoblissant le paysage qu’un puissant souffle de vent vivifiait. Des chiens de garde, au loin, aboyaient au bout de leurs chaînes ; un corbeau rappelait ses compagnons pour le coucher, les Velrans s’étaient tus, on n’entendait rien des Longevernes.

Lebrac, dissimulé derrière son buisson, se déchaussa (c’était facile), mit ses bas en loques dans ses souliers veufs de lacets, retira son tricot et sa culotte, les roula ensemble autour de ses chaussures, mit ce rouleau dans sa blouse dont il fit ainsi un petit paquet noué aux quatre coins et ne garda sur lui que sa courte chemise dont les pans frissonnaient au vent.

Alors, saisissant son petit baluchon d’une main, de l’autre troussant entre deux doigts sa chemise, il se dressa d’un seul coup devant toute l’armée